Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 octobre 2011 4 27 /10 /octobre /2011 09:40

Article de Pascale Krémer trouvé sur le blog du journal le Monde (ici)

 

Chacun y trouvera son mode de lecture : soit une réflexion sur notre société de consommation, soit une mine de trucs et astuces pour le quotidien, soit encore un témoignage d'une famille de 11 enfants qui a décidé de vivre à fond ses convictions en faisant des choix qui leur correspondent.

 

Lorsque nous avions rencontré pour la première fois Marielle Blanchier, à la veille de la rentrée des classes, elle nous avait glissé quelques « trucs » pour tenir serré son budget tout en pourvoyant aux besoins de ses onze enfants. Par les temps (plutôt frais) qui courent, nous nous sommes dit que ces astuces de mère de famille avisée pouvaient intéresser.

 

Les onze enfants et leur mère aux fenêtres de la maison familiale,

avenue de Verdun © Elodie Ratsimbazafy

 astuces-8483-550x769-1-.jpg

 

LE CONTEXTE BUDGETAIRE

Marielle ne travaille pas, son mari engrange un salaire d’ingénieur en milieu de carrière. Le couple touche 2000 euros d’allocations familiales et de congé parental d’éducation, mais continue à rembourser sa maison, et tient à offrir à ses onze enfants une semaine de vacances au ski (4000 euros) et un court voyage à l’étranger chaque année, avec départ en voiture. « Des moments chouettes plutôt que des pantalons chers ». Mathématiquement, le budget familial n’y devrait pas suffire. Il faut donc « faire des choix » et de « phénoménales économies d’échelle », comme résume doctement Marielle. Tout en apprenant aux enfants que « l’envie d’une chose chère, qui ne sera qu’un objet de plus, peut passer » ou que « désirer et épargner longtemps fait grandir ».

 

LES COURSES

Chez Auchan drive. Marielle dresse sa liste sur Internet puis son mari fait charger le grand coffre de la voiture familiale au centre commercial Vélizy 2. « Beaucoup moins cher que la livraison à domicile, compte Marielle. Et surtout, on peut avoir tous les produits premiers prix qui ne sont pas sur le Net autrement ». De toutes façons, via le Web, il est impossible de se faire livrer les 100 litres de lait mensuels nécessaires au foyer.

Le pain vient aussi d’Auchan. 35 baguettes, congelées pour la semaine, à 36 centimes, « contre un euro au moins chez le boulanger ici, malheureusement ».

Marielle n’achète que des fruits et légumes de saison (hormis quelques framboises surgelées) dont le prix ne doit pas dépasser 1,50 euro le kilo. Et que des yaourts de base, qu’elle agrémente de confitures ou compotes maison.

Elle joue de son réseau. La viande provient directement de Rungis, où un ami entrepreneur lui fait le prix restauration. Les pommes de terre lui sont livrées (80 kilos à chaque fois) par une amie d’amie productrice. A 60 centimes le kilo (« contre 2 euros chez Atac »).

 

LA CUISINE

Les plats déjà élaborés sont bannis. « Dégoûtants quand on les prend à bas prix ». Marielle cuisine beaucoup, avec des produits de base premiers prix. Des plats familiaux, « réalisables en dix minutes ». Pas le temps d’éplucher des montagnes de légumes. Quand elle cuit des pommes-de-terre, c’est pour plusieurs plats de suite. Les soirs de semaine, elle utilise peu de viandes. Privilégie les soupes de légumes congelés de marque distributeur (« moins chers que les légumes frais, et déjà épluchés »), complétées d’un gros coulommiers pour les protéines. Concocte de grands plats familiaux, qui ne doivent pas revenir à plus de 10 euros. Gratins de pâtes, de chou fleur, d’épinards. « Le gratin d’épinards, par exemple, c’est 5 euros : deux sacs d’épinards surgelés, de la crème fraîche, de la farine, un gros paquet de fromage et un œuf par personne. » Elle trouve du Reblochon à 4 euros pour sa « tartiflette express » (les pommes de terre sont cuites et cuisinées avec la peau). Pour son goulash, de la viande Attac à moitié prix (4 euros pour 1,2 kilo) dont la date de péremption est très proche. « Pas un problème : je la cuisine tout de suite avec oignons et paprika, il n’y a plus qu’à rajouter crème fraîche et pommes-de-terre le lendemain ». Des grands sacs de viande hachée surgelée à 4 euros pour ses « lasagnes express ».

Le mercredi et le week-end, en revanche, elle cuisine un gros repas avec de la viande. « Je sors les deux kilos de bavette, c’est la fête ! »

 

astuces-8395-550x366-1-.jpg

Ronds de serviettes © Elodie Ratsimbazafy

 

LES VÊTEMENTS ET CHAUSSURES

Le réseau, une nouvelle fois. Marielle récupère beaucoup auprès de familles amies. Elle « donne autrement », récupérant les enfants à la sortie de l’école quand les mamans sont bloquées, offrant du miel de ses ruches…

Sinon, elle achète en soldes et promotions chez Kiabi, la Halle aux chaussures, La redoute, Gap, Décathlon – « pour les chaussures bateau d’été ».

Et fait des affaires sur le Net. Leboncoin, e-bay… « On trouve des chaussures pour enfants non portées à moitié prix. Il suffit de bien connaître la marque... Il y a un descriptif, mais je renvoie toujours une question sur la qualité réelle du produit. Les gens sont honnêtes ».

Marielle coud, raccommode, colle surtout. « A la colle néoprène. Les chaussures, par exemple. Je les écrase ensuite sous un pied de la grande table, et c’est reparti pour un tour ! »

 

LES SACS D’ECOLE

Les sacs à dos Eastpak sont garantis à vie. « Quand ils sont abîmés, je les renvoie pour réparation, par deux ou trois, au fabricant, avec des fils rouges pour montrer où se trouvent les problèmes, accompagnés d’un petit mot. Ça marche. »

 

LES APPAREILS ELECTRONIQUES

D’occasion sur le site Priceminister.

 

LE CHAUFFAGE

« Une catastrophe, le prix du fuel ! On achète chez Auchan, mais surtout, on porte des pulls à la maison. Dans les chambres, il ne fait pas 16 °C, mais les enfants ont l’habitude, et c’est bon pour la santé. Je ne comprends pas la mode qui veut qu’on nous vende des vêtements tout légers pour l’hiver. C’est normal de se couvrir. »

LES BROCANTES, VIDE GRENIER, ENCHERES

 

astuces-8380-150x150-1-.jpg

Marielle Blanchier et sa petite dernière, Espérance © Elodie Ratsimbazafy

 

« Mon père nous achète de beaux meubles en bois à 60 ou 100 euros à la salle des ventes de Bordeaux. Un quart du prix antiquaire. Je viens de faire les cadeaux de Noël des petits au vide-grenier : un joli berceau de poupées en fer forgé, pour Espérance, un château fort et un bateau pirate en bois. Il suffit de refaire un petit rideau, de bricoler un pont-levis… »

 

LE COIFFEUR

Jamais. Marielle coupe les garçons. Pierre, son mari, les filles. « J’ai appris sur le tas, dit-elle. Quand ils remuent beaucoup, ce n’est pas toujours réussi. Mais c’est aussi un moment passé avec eux. »

 

LES LOISIRS

On proscrit le voyage de classe organisé par le collège. « 700 euros. Indécent ». Comme les abonnements télé. « Il n’y a pas de télé, les enfants regardent des émissions qu’ils ont vraiment envie de voir sur l’ordinateur ».

Les musées, c’est le premier dimanche du mois, quand ils sont gratuits. Et le restaurant, deux fois par an. « Au chinois du coin. Il y a un menu à 7 euros, on sait exactement ce qu’on va dépenser. »

Les collégiens font du sport via l’Association sportive de Lakanal, inscription payée (35 euros) grâce au Pass loisirs du Conseil général.

Les plus grands font des baby-sittings (à partir de 13 ans pour les filles, de 14-15 pour les garçons) à 5 euros de l’heure pour s’offrir portables et abonnements. L’été, ils sont animateurs dans des camps de jeunes aux Etats-Unis. Leurs parents n’ont plus que le voyage à payer. « Ce qui reste une grosse somme, on budgète ça dès le printemps », explique Marielle. Qui conclut, l'œil rieur : « La vraie richesse d'un couple, ce sont les enfants, non ? »

Partager cet article

Repost 0
karine.dm.over-blog.com - dans Mes astuces
commenter cet article

commentaires

isa mains 15/11/2013 18:36

super votre famille